L'affaire Caïus

Publié le par Ninon

2Henry Winterfeld

Note : 5/5.

Ma critique : A Rome dans les temps anciens, "Caïus est un âne", après avoir été écrit inofensivement sur une tablette en classe, est reproduit sur le mur du temple de Minerve en lettres rouges. Aussitôt est accusé un camarade de Caïus de l'école Xanthos. Toute la classe va donc chercher à trouver le coupable et vont découvrir qu'un vrai complot se cache sous cette histoire.

Ce roman se lit vraiment vite et se rend accessible pour à beaucoup grâce à ses personnages enfantins, amusants et sympathiques mais aussi grâce à ceux un peu plus inquiétants. Quand on lit le résumé, on a des préjugés sur les enfants de l'école Xanthos et en particulier sur Caïus. On se rend compte qu'ils ont un tout autre caractère que celui décrit. Ce roman possède, comme vous vous en doutez, une trame de fond historique mais qui n'est pas dérangeante, le livre est très ludique. Il n'y a pas de difficultés pour rentrer dans le roman.

  Le narrateur adopte un point de vue omniscient de telle sorte qu'il nous annonce par avance que tel élément va avoir de l'importance dans l'histoire, ce qui excite un peu plus notre curiosité. Ce roman nous instruit sans nous apprendre beaucoup de choses. De plus, il est basé sur un fait véritable, comme indiqué dans le roman. Il est également temps de (re)découvrir les figures de l'époque étudiées aujourd'hui comme Pythagore, Homère...

  En ce qui concerne l'intrigue, on est toujours à la recherche du coupable, on porte nos soupçons sur beaucoup de personnes et on se pose des questions... Bref, on est complètement perdu et on a encore plus envie de découvrir le vrai coupable ! Ce roman est donc aussi policier et l'auteur réussi à nous tenir haleine. L'intrigue est une très bonne idée !

  Vous allez aimer à coup sûr en tout cas c'est mon cas et il me donne bien envie de lire la suite !

Résumé extrait de la quatrième de couverture :

Caïus est un âne. La phrase inscrite par Rufus sur sa tablette remporte un grand succès en classe. Mais Caïus rougit de colère. Comment Rufus ose-t-il l'insulter, lui, le fils d'un richissime sénateur ? Pourtant, le lendemain, plus personne n'a envie de rire. La même phrase est tracée en lettres rouges sur la façade du temple de Minerve. Or, dans la Rome impériale, le sacrilège est terrible...

Coûte :5, 90 €

22 chapitres

247 pages

En poche

A partir de 10 ans

Le livre de poche jeunesse

Sorti en 1996

Publié dans critiques

Commenter cet article