Vendredi ou la vie sauvage

Publié le par Ninon

zMichel Tournier

Note : 4/5

Ma critique : Robinson, après son naufrage dont il est le seul survivant, vit seul avec son chien. Afin de ne pas perdre la raison, il civilise son île, Speranza. Toute cette agitation pour la recherche d'un compagnon, que Robinson finit par trouver en la personne de Vendredi, un jeune homme qui allait être sacrifié. S'ensuit alors deux périodes, la première, celle de Robinson, l'homme civilisé. Puis la deuxième, celle de Vendredi, l'homme sauvage, d'où le titre. Dans les deux cas, les hommes ne s'ennuient pas vraiment.

  Tous le monde peut lire ce roman, en quelques heures, il 10.gifest finit. J'ai bien aimé ce classique car il nous fait rêver et voyager et nous pousse à nous interroger ; comment nous nous débrouillerions si nous étions des naufragés sur une île déserte. Que ferions-nous ? Car dans ce roman il y a trois solutions : essayer de trouver un bateau qui nous ramènerai chez nous, faire au grès de ses envies donc rester tranquille ou bien construire quelques chose sur l'île. Là est l'un des buts de l'auteur ; qu'on se mette à la place des personnages, et il y réussit. De plus, ça change de certains livres ; on y découvre beaucoup d'activités, très divertissantes à lire et auxquelles vous n'avez probablement jamais pensé. On découvre de nouvelles façons de vivre et de fonctionner, le roman semble presque avoir une trame de fond historique.

  Le titre annonce l'histoire et je ne l'ai pas compris tout de suite. Car on sait au début, que le personnage 11.gifprincipal est Robinson. Eh bien non, car le roman tourne autour de Vendredi ; avant son apparition, c'est le compagnon que Robinson recherche, puis c'est celui qui va tout lui apprendre et enfin, lui donner un nouvel ami. Seulement, comme Vendredi n'arrive pas au début, on s'impatiente et nous fait décrocher un peu de l'histoire...

  Il y a un chapitre par épisode, ce qui nous évite de nous endormir sur notre livre et nous montre beaucoup de choses différentes. On distingue à chaque fois une évolution.

  Quand à la fin, elle est plutôt belle car elle annonce à nouveau une vie à refaire, différente de la précédente. C'est comme si maintenant on allait écrire la suite, sous le nom de "Dimanche ou quelque chose".

Résumé extrait de la quatrième de couverture :

Septembre 1759. Robinson est à bord de La Virginie faisant route vers le Chili. Une terrible tempête précipite le navire sur des récifs, et Robinson, seul survivant du naufrage, échoue sur une île déserte. Livré à lui-même, il doit faire preuve d'ingéniosité, de perésvérance et de courage pour survivre dans ce monde sauvage. Jusqu'au jour où, se croyant abandonné de tous, il rencontre un être humain pour le moins inattendu.

Critique de l'édition :

Une aventure humaine inoubliable, une ode à la liberté et à la nature. Par un grand auteur, un texte devenu un classique de la littérature jeunesse.

Choisissez l'édition qui vous plaît !

A partir de 10 ans.

Publié dans critiques

Commenter cet article